Tempo Blues,  Agence de Booking     Tournées Précédentes

U.P. Wilson (sept 4, 1934 - sept 23, 2004)

"The Texas Tornado"

"... faisant plaisir au public avec son inventivité, ses textes intelligents, de superbes arrangements et une originalité unique" Richard Skelly/Allmusic

" ...cet as de la six cordes électrique, se révèle capable d'égaler Lightnin' Hopkins, son compatriote Texan, en pure décontraction poétique."
Louis Skorecki/LIBERATION


U.P. Wilson, né Huarry Perry Wilson, en 1934 à Shrevport Louisiane grandit dans une petite ferme. Très tôt il apprend à jouer sur la guitare de sa grand mère qui était elle-même chanteuse de Gospel. A vingt ans, il part pour le Texas et s'installe à West-Dallas où il commence à côtoyer les stars locales telles que ZuZu Bollin, Cat Man Fleming, Mercy Baby et Nappy "Chin" Evans qui l'encouragent et attisent sa vocation. Rapidement, il fait ses premières armes dans les clubs du South et du West side de la ville comme le Clark's place où il partage l'affiche avec Frankie Lee Sims.

A la fin des années cinquante, U.P. s'installe à Fort Worth où il forme les Boogie Chillun en compagnie du batteur-chanteur Robert Ealey, duo explosif qui écume les clubs de la région. C'est à cette même période que U.P. rencontre un jeune guitariste prometteur, Cornell Dupree, qui préfère fréquenter le bluesman plutôt que ses professeurs. Ils jouent ensemble avant que Cornell ne rejoigne King Curtis à New York et ne devienne un guitariste de studio de premier plan.

De la fin des années 60 au début des années 80, U.P. cesse de jouer en professionnel mais n'abandonne pas la musique pour autant et continue de jammer dans les clubs. On a pu le retrouver sur scène avec notamment Freddie King, ou lors d'un inoubliable " bataille de guitares "avec Albert Collins à l'Arcadia Theatre de Dallas. Il sera fortement sollicité par les frères Jimmie et Stevie Ray Vaughan qui l'encouragent à reprendre sa carrière. La légende commence alors à se bâtir autour de celui dont Stevie Ray dira qu'il était : "sa principale influence pour ce qui est du "vrai blues"".

Au milieu des années 80, la rencontre avec le producteur Eddie Stout va accélérer la carrière de U.P.. Il lui fait enregistrer le disque "Mean Old World" suivi de "On My Way" (réédité en 99 sur Fedora), U.P. commence alors à se produire internationalement. Suivent alors "Wild Texas Guitar" sorti en 1989 sur le label Double Trouble, puis le live "Texas Blues Party" sorti en 1995 sur Wolf. U.P. signe alors avec le label anglais JSP pour lequel il enregistre cinq albums : 1994 "Boogie Boy! The Texas Guitar Tornado Returns!", 1995 "This Is U.P. Wilson", 1996 " Whirlwind", 1998 "Good Bad Blues", 1999 "Booting".

U.P. Wilson est un showman hors paire, sa personnalité magnétique et son style de guitare unique - lorsqu'il joue par exemple de la main gauche tout en fumant nonchalamment une cigarette de l'autre - ne manquent jamais de charmer son public. Chaque concert est l'occasion pour ce sexagénaire à l'énergie juvénile de prendre du bon temps et d'en donner. Ses prestations sont toujours captivantes de sincérité, extravagantes et dépouillées, subtiles et brutes, pleines de rires et de larmes… le blues.

U.P. Wilson

Copyright Didier Taberlet