Tempo Blues,  Agence de Booking     Tournées Précédentes

Lazy Lester

"Le son d'Excello Records"

Lazy Lester est un des derniers représentants encore vivant de l’âge d’or du Swamp blues. Chanteur, harmoniciste et guitariste, il fait partie de ces artistes qui ont fait la gloire du label Excello aux côtés de musiciens comme Lightnin’Slim, Slim Harpo, Lonesome Sundown, Whispering Smith, Katie Webster, Silas Hogan, Tabby Thomas, Henry Gray pour ne citer que les plus célèbres…

Lazy Lester, né Leslie Johnson le 20 juin 1933 à Pointe Coupee en Louisiane, a grandi au nord de Baton Rouge au sein d’une famille de neuf enfants. Son père travaillant dans une scierie, c’est sa mère qui restait à la maison et lui a donné le goût du chant et de l’harmonica : « … elle jouait des airs qu’elle avait entendu il y a longtemps, des traditionnels country et des spirituals… ». Lester écoutait également la station de radio WTPS de la Nouvelle Orléans ainsi que des disques de Blind Lemon Jefferson, Joe Hill Louis, ou encore Peetie Wheetstraw sur un vieux phonographe RCA Victor qui appartenait à sa tante. Il apprit la guitare en jouant sur celle de son frère Robert, guitare sur laquelle un certain « Guitar » Gable venait déjà jouer quelques notes. Ironie du sort, ce n’est que plus tard que Lester s’est sérieusement mis à l’harmonica. Il va être très influencé par les disques de Jimmy Reed, Sonny Boy Williamson II mais il réserve un respect tout particulier pour Little Walter, également Louisianais, qu’il dit avoir connu même s’ils n’ont jamais joué ensemble.
Adolescent, il forme son premier groupe, the Rhythm Rockers. Il écume les « House parties », les clubs et acquiert une certaine popularité dans sa région. Il devient alors très ami avec un autre grand harmoniciste, Slim Harpo, qu’il allait voir dans les clubs locaux.
En 1956, Lester rencontre par hasard Lightnin’ Slim dans un bus. Le chanteur/guitariste, qu’il admire, l’invite à venir dans les studios d’Excello, label célèbre pour ses enregistrements de blues, country, cajun et Rock’n’Roll. Il y rencontre le patron Jay Miller, qui lui donnera plus tard son nom de scène. Alors que Miller et Slim ne trouvaient pas l’harmoniciste Wild Bill Phillips qu’ils désiraient pour une session, Lester se jette à l’eau et dit qu’il peut mieux jouer que ce fameux Phillips. On lui donne des harmos, il s’accompagne à la guitare, les deux autres sont sidérés. Il est alors engagé pour la session de Lightnin’ Slim, Jay Miller comprend qu’il vient de trouver la perle rare. Dès lors, commence une longue carrière et une collaboration prolifique avec Jay Miller qui fera d’Excello un label novateur, aux sonorités si particulières (Lester a parfois joué des percussions sur des boîtes à chaussures sur certains enregistrements). En tant que leader, Lester enregistra 85 titres pour Jay Miller. Ils cesseront de collaborer en janvier 1967.
C’est également à cette période que Lester va abandonner la vie de musicien pendant près de 20 ans. Il va alors pratiquer toute sorte de boulots comme camionneur, peintre, bûcheron, etc.… mais emmènera toujours ses harmonicas avec lui pour jouer occasionnellement.
A la fin des années 60, Lester vécut à Chicago et fréquentait les clubs de blues en tant que spectateur. Il lui est arrivé de se joindre à Buddy Guy (qu’il connaissait car il était originaire de la Louisiane) et Junior Wells au fameux Pepper Lounge. Mais le climat trop froid l’incita à retourner s’installer en Louisiane.
En 1971, un fan de blues Fred Reif réussit à rassembler à nouveau Lester et Lightnin’ Slim, qui travaillait alors dans l’industrie automobile, le temps du Chicago Folk Festival mais c’est en 1979 que Lester revient dans le circuit blues professionnel en jouant dans le tout jeune festival d’Utrecht. En 1987, accompagné par le groupe écossais Blues’nTrouble, il enregistre l’album Lazy Lester Rides Again qui lui vaudra un Handy Award du meilleur album de blues contemporain. Depuis il a enregistré 3 autres albums : Harp and Soul (Alligator) en 1988, et All over You (Antone’s) en 1998, et Blues Stop knockin’ en 2001.
Aujourd’hui, Lester ne cesse de tourner à travers le monde, en 2001 il est venu six fois en Europe. Et lorsqu’il ne joue pas, il dit qu’on peut le trouver chez lui à Michigan, en train de pêcher au bord d’un lac…


 
Lazy Lester